VTX Blog



27.07.2015

Des ballons pour connecter le monde à Internet

L’idée du projet Google Loon : développer l’accès à l’Internet dans les zones les plus reculées de la planète grâce à des ballons stratosphériques…

Selon Google, les deux tiers de la population mondiale n’ont pas encore accès à Internet de façon rapide et bon marché. C’est pourquoi l’entreprise a développé en 2013 en partenariat avec le Cnes (Centre national d'études spatiales) un projet de ballons connectés.

Depuis son lancement, le projet a beaucoup évolué. Les ballons sont désormais capables de relayer un signal cellulaire 4G et d’offrir une vitesse de téléchargement de 10 Mbit/s. Leur durée de vol est passée à plus d’une centaine de jours. Lors d’un récent essai, le ballon a effectué neuf fois le tour de la Terre affrontant des températures extrêmes (- 75 °C), des vents de 291 km/h et a évolué jusqu’à 21 km d’altitude.

Pour explication, les ballons du projet Loon ne vont pas fournir le service en lui-même mais relayer le signal des réseaux cellulaires existants. Chaque ballon est en effet équipé d’une liaison bidirectionnelle qui lui permet de recevoir le signal émis par les antennes relais puis de le répercuter vers des smartphones, des ordinateurs ou d’autres appareils équipés d’un système de réception compatible 4G.

Il est à relever qu’un ballon peut diffuser le signal dans un rayon de 80 km. Ce périmètre peut être étendu si plusieurs ballons se transmettent le signal avant de le renvoyer sur Terre. L’avantage pour les opérateurs de téléphonie est qu’ils pourront ainsi étendre leur réseau sans avoir à investir dans les infrastructures, ce qui est un frein majeur pour desservir des zones jugées peu rentables économiquement.

Lancé en Nouvelle-Zélande, le projet Loon a été introduit il y a peu de temps au Brésil. Là-bas, Google a inauguré sa technologie 4G avec une école rurale qui ne disposait jusqu’alors d’aucun accès Internet.

Google ne donne pas encore de date précise pour un lancement à grande échelle de son service, mais indique qu’il a désormais des autorisations de survol de tous les pays de l’hémisphère sud.

Source : futura-sciences.com
Commentaires: 0

Merci de préciser l’objet de votre demande.

Votre demande nous est bien parvenue.

Un conseiller prendra contact avec vous prochainement.